si il est appliqué cet accord dit de stabilisation abandonne de fait à  Carlos GHOSN, l’usufruit de la gestion de l’Alliance Renault Nissan, l’État français  devant se contenter de jouer les rentiers, les organisations syndicales gérant les plans sociaux.2016 04 20 La CFDT doit se ressaisir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *