Quoi que nous en pensions il faut reconnaître que monsieur Carlos Ghosn est fortiche. La manière avec laquelle il a renvoyé à Carpentras son actionnaire de référence réviser ses bases était du costaud et du grand art (voir les épisodes précédents), mais que dire de la réécriture des accords d’Entreprise en particulier celui sur la compétitivité Négociation 2016 Le temps des imposteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *