L‘annonce de la création, au 1er avril,  d’une division commune regroupant les activités utilitaires de Nissan et de Renault, à laquelle sera associée Mitsubishi, n’a pas eu le retentissement qu’elle mérite. Pourtant les conséquences qui vont en découler seront loin d’être anodines pour le groupe français qui perd le contrôle de sa branche utilitaire fusionnée avec celle du japonais2017 03 28 Qu’elle était belle l’ALLIANCE Renault Nissan fusion ou pas fusion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *