Cette mise à l’écart de Renault n’est qu’un épisode de plus, elle ferait suite l’attitude de l’État actionnaire  dans l’épisode de la résolution sur le vote double et la supposée perte de confiance ressentie par Monsieur Ghosn. Faut-il en accabler le Ministre de l’Économie, Emmanuel Macron ? A propos de MITSUBISHI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *